Letztes Feedback

Meta





 

Willing Workers Organisation on Organic Farms

            La première fois que j’ai entendu parler du wwoofing, c’était à la Maison Écocitoyenne sur les quais à Bordeaux. J’ai  feuilleté dans divers prospectus et livres sur la vie biologique jusqu’au moment où un mot bizarre m’a sauté aux yeux. Qu’est-ce que c’est, le wwoofing? Le concept est simple et génial. On est accueilli par des hôtes, c'est-à-dire on est nourri et logé. En échange, les Wwoofers travaillent aux fermes des leur hôtes. On consacre quatre heures aux travaux et après on a la liberté de découvrir le paysage autour de la ferme ou n’importe quoi. Initialement c’était une façon de voyager si on n’a pas les moyens de financer ses vacances différemment. Entre-temps ҫa donne la possibilité d’aussi faire connaissance d’une vie alternative et plutôt en dehors des grandes villes. Les fermes sont toujours biologiques. Il y a des gens qui préfèrent parler d’une vie naturelle. Ils essaient de contourner les engrais chimiques. C’est une vie modeste où on essaye de ne pas laisser de traces sur notre terre. On échange des produits avec des voisins. Si ce n’est pas la saison pour les fraises on ne les achète pas. On utilise l’énergie efficacement et pour ne pas gaspiller de l’eau on installe des toilettes sèches. Tout à fait, c’est une approche holistique.

            Puis, j’aime bien voyager et je ne supportais plus la météo à Bordeaux j’ai décidé d’aller dans un endroit spécial pour le wwoofing. Si on exclut les départements d’outre-mer, la Corse est l’endroit où le climat est le plus tempéré en France pendant l’hiver. J’ai pris le ferry à Nice, où j’étais déçue par une côte pas du tout bleue azur, mais grise. Par contre, il a fait beau à Bastia et j’ai aussitôt compris pourquoi la Corse s’appelle l’île de beauté. Les montagnes sont magnifiques. Il y avait encore de la neige sur les sommets et en même temps j’ai baigné mes pieds dans l’eau de la Méditerranée. La ferme était coincée entre les montagnes et la mer. C’était une petite maison blanche entourée de cinq hectares de terrain. Le paysan a des moutons et des ruches. Il produit du miel, des liqueurs, de la confiture et même des herbes. Il y a aussi du maraîchage avec des organiers, des avocatiers et des citronniers. Chaque jour on est allé chercher de la salade, des topinambours, des choux et des radis dans le jardin. Nous avons mangé ce qu’on a trouvé dans le jardin. Pas une seule fois on était dans un supermarché. Pour le fromage et le pain il a échangé des produits fait à la maison. Je suis une vraie citadine et cela était une expérience incroyable pour moi. J’ai joué avec la boue comme un enfant. Heureusement le paysan n’était pas contre la sur-utilisation de la machine à laver.  

            Malheureusement je pouvais seulement rester une semaine à cause de mes cours universitaires. Quand même, j’ai bien profité de cette semaine en Corse et j’apprécie la vie rurale.  Finalement, le jour de mon retour, l’eau à Nice était vraiment bleu azur. 

27.3.13 21:30

Letzte Einträge: mon 1er jour à Bordeaux , ma rentrée à l’université de Bordeaux, ma vie quotidienne, mes cours et mes stages

Werbung


bisher 0 Kommentar(e)     TrackBack-URL

Name:
Email:
Website:
E-Mail bei weiteren Kommentaren
Informationen speichern (Cookie)


 Smileys einfügen